Trump Budget réduit de 31% les fonds destinés aux APE

La Maison Blanche veut réduire de moitié le budget du bureau de la recherche et du développement de l'EPA, qui effectue l'essentiel du travail scientifique de l'agence

Le budget du président Trump publié ce matin concerne directement les programmes de lutte contre le changement climatique en éliminant les fonds destinés au plan pour l’énergie propre et en "réorientant" l’EPA des États-Unis sur la pollution de l’air.

Le projet prévoit une réduction de 31% des dépenses de l'EPA, réduisant ainsi son budget de 2,6 milliards de dollars. Les défenseurs de l'environnement ont décrit cela comme un coup fatal à une agence à l'avant-garde de l'action pour le climat.

Le budget prévoit également une réduction de 5,6% du département de l’énergie et de 12% du département de l’intérieur (Fil d'énergie16 mars). Il réduit également de 28% les fonds alloués à l'agence du secrétaire d'État Rex Tillerson.

Le plan va maintenant au Congrès, où les législateurs des deux partis sont tenus de supprimer bon nombre des coupes politiques douloureuses de Trump.

En tant qu’homme d’affaires et candidat, Trump a fréquemment exprimé ses doutes quant à l’influence des gens sur les températures mondiales. Il a également reproché aux éoliennes d'avoir tué des aigles et a déploré le coût de l'énergie solaire.

Maintenant, son budget transforme ces mots en chiffres, a déclaré Mick Mulvaney, directeur du budget de la Maison Blanche.

"Vous pouvez vous attendre à des réductions de l'APE qui ne correspondent pas à l'opinion du président sur des choses comme le réchauffement climatique et les énergies alternatives", a déclaré Mulvaney aux journalistes hier. "Vous verrez une réduction des subventions, une réduction de la participation à ces types de programmes."

Bureau scientifique de l'EPA réduit de moitié

Le personnel de Mulvaney a examiné les discours de campagne de Trump et ses reportages sur ses politiques et s'est entretenu directement avec le président pour élaborer le budget non conventionnel, qui drainerait 54 milliards de dollars des programmes de l'ensemble du gouvernement pour pouvoir être appliqué aux mesures militaires et autres mesures liées à la sécurité.

Le résultat est un message de taille et de force pour les amis et les ennemis.

"Il ne fait aucun doute que c'est un budget de puissance dure. Ce n'est pas un budget de puissance douce", a déclaré Mulvaney. "Le président veut très clairement envoyer à nos alliés et à nos adversaires potentiels le message qu'il s'agit d'une administration forte et puissante."

Cela se traduit par des coupes radicales dans les programmes EPA.

La Maison Blanche réduirait presque de moitié le budget du Bureau de la recherche et du développement de l'EPA, qui effectue l'essentiel du travail scientifique de l'agence. Ce bureau recevrait 250 millions de dollars, contre 488 millions de dollars.

Les subventions catégorielles aux localités chuteraient de 45%, passant de 1,1 milliard à 597 millions de dollars. L’application des infractions environnementales et des infractions pénales entraînerait également une réduction de 24%, passant de 548 millions de dollars à 419 millions de dollars.

Le plan du président éliminerait le financement des programmes régionaux populaires, y compris l'Initiative de restauration des Grands Lacs de 300 millions de dollars, autorisée par le Congrès l'année dernière, et un vaste projet de nettoyage de la baie de Chesapeake, qui reçoit 73 millions de dollars chaque année. Les programmes géographiques verraient une réduction totale de 427 millions de dollars. Les réductions proposées vont probablement provoquer des combats à Capitol Hill.

Mulvaney mum sur les emplois EPA

Au total, le budget proposé éliminerait 50 programmes de l'EPA coûtant 347 millions de dollars, y compris Energy Star, des subventions ciblées sur la pollution atmosphérique, le dépistage du dérèglement du système endocrinien et une assistance aux infrastructures dans les villages autochtones d'Alaska et à la frontière mexicaine.

Certains programmes à l'EPA verraient des augmentations. Le plan directeur déplacerait 4 millions de dollars au-dessus des niveaux de dépenses actuels pour indiquer les fonds renouvelables, et 20 millions de dollars pour le programme relatif à la Loi sur le financement et l'innovation de l'infrastructure en eau. L’administrateur de l’EPA, Scott Pruitt, avait déclaré vouloir protéger ces fonds.

Mais la proposition ne protège pas d’autres domaines de dépenses, a déclaré Pruitt, qu’il soutiendrait, notamment de l’argent pour le nettoyage des déchets dangereux sur les sites de Superfund. Ce compte chuterait de 30%, passant de 1,1 milliard à 762 millions de dollars.

Les critiques ont rapidement rejeté le plan comme un message politique, plutôt que comme une véritable tentative de financement du gouvernement, un exercice semé d'embûches dans le meilleur des cas.

"Ce n'est pas un budget. C'est un communiqué de presse de la campagne Trump se faisant passer pour un document gouvernemental", a déclaré Stan Collender, expert en budget chez Qorvis MSLGROUP.

Mulvaney a déclaré que les coupes dans l'ensemble du gouvernement visaient les programmes "les plus inefficaces, les plus inutiles, les plus indéfendables". Mais ils n'empêcheront pas les agences de s'acquitter de leurs tâches, a-t-il déclaré.

"Les fonctions essentielles de l'EPA peuvent être satisfaites - au-delà des fonctions essentielles - peuvent être satisfaites de ce budget", a déclaré Mulvaney.

Il a refusé de commenter l'exactitude des reportages, indiquant que jusqu'à 3 000 emplois de l'EPA pourraient être menacés. Cette décision revient à Pruitt, qui appliquera les réductions, a déclaré Mulvaney.

Lauréats: sécurité nucléaire; les perdants: les réfugiés

Le département d'État, qui a peut-être vu la plus grande réduction derrière EPA, accorde beaucoup d'importance à l'accent mis par Trump sur le nationalisme. Le président tient ses promesses de déprécier l’activité des États-Unis à l’étranger en éliminant la Global Climate Change Initiative. Le budget réduit également les fonds destinés au Fonds vert pour le climat et aux fonds d'investissement pour le climat.

Le document indique qu'il préserve un financement "important" pour l'assistance humanitaire lors de catastrophes naturelles, bien qu'il demanderait aux autres pays de "payer leur juste part". Il éliminerait le compte d’assistance pour les réfugiés et les migrants en situation d’urgence et réduirait de 650 millions de dollars le financement alloué à la Banque mondiale et aux autres entités qui financent le développement, sur trois ans.

Le département de l'Intérieur verrait le programme de concessions de terrains miniers abandonnés supprimé et le budget "rationalisera les opérations" du Service des parcs nationaux, du Service de la pêche sportive et de la faune sauvage et du Bureau of Land Management.

Cela augmenterait le financement des programmes Intérieur qui soutiennent "un développement énergétique respectueux de l'environnement sur les terres publiques et les eaux du large", indique le document.

Le ministère de l'Énergie verrait son financement diminuer de 5,6%, pour atteindre 28 milliards de dollars, dont 1,4 milliard reviendrait à la National Nuclear Security Administration.

La proposition vise à axer la recherche sur l'électricité sur "la recherche et le développement dans le domaine de l'énergie appliquée à un stade précoce et limité" plutôt que sur la commercialisation. Cela comprend les programmes de l'Office de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, de l'Office de l'énergie nucléaire, de l'Office de distribution d'électricité et de la fiabilité énergétique et du programme de recherche et de développement sur l'énergie fossile.

Le plan directeur éliminerait le programme d'assistance aux intempéries et le programme énergétique national, un programme de partage des coûts pour des activités de démonstration dans les domaines de l'efficacité, de l'énergie renouvelable et des énergies de remplacement. Globalement, ces réductions équivaudraient à 2 milliards de dollars.

La Maison Blanche éliminerait l'Agence de projets de recherche avancée - Énergie (ARPA-E), ainsi que les programmes de garantie de prêt, les technologies de réduction des émissions de gaz à effet de serre et les programmes de véhicules de pointe.

Le bureau de la science verrait une réduction de 900 millions de dollars et devrait, selon la proposition, se concentrer sur "la recherche et le développement scientifiques et énergétiques de base".

Le budget inclurait également 140 millions de dollars pour relancer les activités d'octroi de licences pour le stockage de déchets nucléaires à Yucca Mountain, une question épineuse à Capitol Hill.

Mais l'EPA semble porter le poids des coupures. Cela fait suite à la promesse de campagne de Trump de réduire l’agence, qu’il décrit comme le fer de lance de la "guerre au charbon" de l’ancien Président Obama.

Trump devrait signer un décret dans les prochains jours qui entamerait le long processus d'abrogation du plan Clean Power, pierre angulaire des efforts déployés par Obama pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur de l'électricité.

L'ancienne porte-parole de l'EPA, Liz Purchia, a déclaré qu'une réduction de 25% serait "sans précédent et démolirait réellement la capacité de l'agence à protéger la santé des Américains et l'environnement."

Reproduit de Climatewire avec l'autorisation de E & E News. E & E fournit une couverture quotidienne des informations essentielles sur l'énergie et l'environnement sur www.eenews.net.

Recommandé